Maison Ecclésiastique du Roy de France


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [Copie] Funérailles pour un pécheur...

Aller en bas 
AuteurMessage
Gedeon
Evêque au diocèse d'Orléans
avatar

Nombre de messages : 288
Date d'inscription : 02/12/2005

MessageSujet: [Copie] Funérailles pour un pécheur...   Sam 24 Déc - 1:49

3 Nov 1453

Matheos a écrit:
Les cloches de l'Église de Cosne sonnent, sonnent le rythme des funérailles... Les Cosnois et les Cosnoises acourent vers le saint lieu, redoutant de savoir qui est l'être qui est allé rejoindre le Seigneur. Sur le parvis se tient le père Mathéos, tout en pleurs, sa soutane de funérailles mal enfilée, une missive chifonée dans la main droite.

Le fidèle Gedeon lui enlace l'épaule dans un geste de compassion, et lui aussi pleure, car il a vu le contenu de la boîte en bois que des marchands de Mâcon ont rapporté.

La journée qui s'annonçait belle et ensoleillée se met à s'assombrir. Le jeune curé, qui a retiré sa barbe blanche, tente de reprendre le contrôle de ses émotions et s'adressent à la foule.


- Mes frères, mes soeurs... mes fils, mes filles... L'un de nos valeureux Cosnois a perdu la vie sur les routes... Je ne devrais pas lui donner une telle cérmonie vu le contexe de son décès, mais je le fais parce que cet homme, je l'ai aimé comme on aime un frère...

Que le Seigneur me pardonne d'ainsi le célébrer, mais il me comprendra, lui qui est Dieu d'amour et de compassion.

À l'intérieur de l'Église se trouve le cercueil de l'un d'entre nous... Je vous demande d'allez vous asseoir dans la nef et d'attendre la fin de la cérémonie avant d'aller vous reccueillir sur le corps...

Le curé pénètre dans l'église et se rend auprès de l'autel, Il y a le cercueil juste devant celle-ci. Le couvercle en est fermé, et, lorsque tous ont pris place, est retiré par Gedeon sous un signe du curé.


- Père éternel, nous t'offrons humblement notre pauvre présence ainsi que celle de l'humanité tout entière, depuis le commencement jusqu'à la fin des temps, à toutes les messes qui ont été et qui seront jamais dites. Nous t'offrons toutes les peines, les souffrances, les prières, les joies et tous les sacrifices de nos vies en union avec ceux de notre cher Jésus ici sur terre. Que le très précieux Sang du Christ, tout son Sang, toutes ses plaies et toutes ses souffrances puissent nous sauver, par le douloureux et immaculé Coeur de Marie.

Ainsi soit-il.


On peut sentir la tension dans la nef... C'est alors que Mathéos prononce les mots qui vont chnger la vie de bien des Cosnois.

- Mes frères et soeurs, nous sommes ici réunis pour rendre un dernier Hommage à un être extraordinaire et à un excellent ami : Machiavelo de Savonarole...

Matheos a écrit:
Le curé retient ses larmes. Il doit être fort en avant de ses fidèles, il doit être celui qui va soutenir toutes une communauté. Il ne doit pas faillir...

Le curé se prépare à annocer les circonstance de la mort


- Machiavelo, qui se trouvait en voyage, a rencontré une femme en qui il a mis toute sa confiance. Celle-ci l'a trailli et, désespéré, le jeune cosnois a mis fin à ses jours avec un couteau...

Elle était devenu sa raison de vivre, le fil d'Ariane de sa vie, celle qui lui permettait de se lever tous les matins. Après ses mensonges et sa trahison, le pauvre homme n'a vu que la mort comme alternative... à la fin de ses soufrances...

Voilà pourquoi il ne devrait pas avoir droit à cette cérémonie... Mais Mach a été un bon chrétien toute sa vie, venant se confesser tous les jours... Et il mérite qu'on lui rende hommage.

Il inspire profondément pour reprendre le contrôle de ses émotions.

Matheos a écrit:
- Machiavelo était le capitaine de l'équipe de Soule de Cosne, le secrétaire générale de la mairie, le directeur du BEM, éleveur de mouton... Mais il était avant tout un homme près des autres, près de sa communauté... c'était un ami, un frère...

Puisse-t-il ne pas trop souffrir au Purgatoire et être admissible au Paradis... même si c'est l'Enfer qui devrait l'accueillir...

Prenons deux minute de silence pour prier pour l'âme du disparu...

Ce sont les deux minutes les plus longues de la vie de la majorité des Cosnois... Certains éclatent en sanglots, d'autre pleurent bruyament...

Souvenez vous, ô très pieuse Vierge Marie,
qu'on a jamais entendu dire
qu'aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection,
qui ont imploré votre secours et demandé vos suffrages,
ait été abandonné.
Animé d'une pareille confiance,
ô Vierge des vierges, ô ma Mère,
je viens à vous, et gémissant sous le poids de mes péchés,
je me prosterne devant vous.
Ô Mère du Verbe, ne méprisez pas mes prières,
mais écoutez les favorablement et daignez les exaucer.

Amen

Tous disent amen en choeur

Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,
Et paix sur la terre aux hommes qu'il aime.
Nous te louons, nous te bénissons,
nous t'adorons,
Nous te glorifions, nous te rendons grâce,
pour ton immense gloire,
Seigneur Dieu, Roi du ciel,
Dieu le Père tout-puissant.
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu,
le Fils du Père.
Toi qui enlèves le péché du monde,
prends pitié de nous
Toi qui enlèves le péché du monde,
reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père,
prends pitié de nous.
Car toi seul es saint,
Toi seul es Seigneur,
Toi seul es le Très-Haut,
Jésus Christ, avec le Saint-Esprit
Dans la gloire de Dieu le Père.

Amen.

Tous disent amen en choeur

Matheos a écrit:
- Ne perdons pas espoir ni foi mes frères et soeurs...

Tous en choeur

Mon Dieu, j'espère avec une ferme confiance que vous me donnerez, par les mérites de Jésus-Christ, votre grâce en ce monde et le bonheur éternel dans l'autre, parce que vous l'avez promis et que vous tenez toujours vos promesses.

Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que vous avez révélées et que vous nous enseignez par votre Eglise, parce que vous ne pouvez ni vous tromper ni nous tromper.

Amen

Mathéos invite alors les fidèles à communier. Après la communion, il dit:

Ô Jésus, je crois que tu es réellement présent dans le Saint Sacrement. Même si mes yeux et ma langue me disent que je n'ai reçu que du pain, ma foi me dit pourtant que j'ai reçu ton Corps et ton Sang. Je crois, Seigneur! Viens en aide à mon peu de foi! Je t'adore comme mon Dieu et mon Sauveur.

Le curé regarde la foule un moment, repérant les places des amis de Machiavelo. Il dit alors:

- Vous pourrez venir vous reccueillir près du corps dans quelques minutes, après quoi, j'enterrai le corps... seul... et loin du cimetière... et sans sa tête...

Le curé passe proche d'éclater en sanglot ; il repense aux bons moment avec son ami... le deuil et une certaine culpabilité pèsent sur ses épaules...

Âme du Christ, sanctifie-moi. Corps du Christ, sauve-moi. Sang du Christ, enivre-moi. Eau sortie du côté du Christ, lave-moi. Passion du Christ, fortifie-moi. Ô bon Jésus, écoute-moi. Cache-moi dans tes plaies. Ne souffre pas que je sois séparé de toi. Contre l'ennemi malin, défends-moi. À l'heure de la mort, appelle-moi et invite-moi à venir vers toi en compagnie de tes saints afin que je puisse te louer pour l'éternité.

Ainsi soit-il.

Ainsi est conclu la messe.

Le jeune curé reste auprès du corps alors que les Cosnois viennet dire un dernier au revoir à leur ami.

Il rassemble en lui toutes les forces de volonté nécessaire pour finir le travail. Peut-être ne sera-t-il pas enterré en sépulture chrétienne, mais il aura droit aà son épitaphe...


Citation :
Machiavelo de Savonarole

14?? - 1451

Touché en plein coeur, par celle qu'il aimait... Outre tombe, il l'attend.



[HRP] C'est à votre tour d'intervenir... Je vais vous avouer qu'enterrer Machiavelo est aussi dure sur le plan RR que sur le plan IRL... [/HRP]

Corouine a écrit:
Surprise Corouine entre dans l'église se demandant à qui pouvait bien faire référence le prêtre. La tension est palpable dans toute l'assemblé et seule la voix de Mathéos résonne avec force :

Notre bon père a écrit:
- Mes frères et soeurs, nous sommes ici réunis pour rendre un dernier Hommage à un être extraordinaire et à un excellent ami : Machiavelo de Savonarole...

Stupéfaite son coeur se fige !!!

" NON !!! "

Son cri résonne de longue seconde dans l'église, faisant tressaillir tous les cosnois!
N'écoutant que sa douleur elle veut se précipiter sur le cercueil, mais ses amis autour d'elle la retiennent.

A la fin de la cérémonie, qu'elle n'a d'ailleurs pas pu suivre du tout tellement son esprit est troublé, elle s'avance vers le cercueil, les yeux rougis par les larmes...


" Machiavelo de Savonarole depuis que je suis arrivée à Cosnes, tu as toujours été là pour moi, pour me soutenir, pour m'apprendre la vie, la vraie...

Patron du BEM dont je suis devenue membre émérite, Compagnon de mes insomnies à la taverne ou sur les bords de la rivière, Frère d'arme et frère de sang...

Pourquoi nous as tu fait cela ?

Pourquoi nous abandonnes-tu aujourd'hui ?

Pourquoi m’abandonnes-tu ?"


Elle se penche sur le cercueil et dépose un baiser délicat... Le contact de la chair froide la fait frémir, presque sursauter, la rappelant encore plus durement à la réalité. Puis éclatant en sanglot, elle s'effondre sur un banc, inconsolable...

Gedeon a écrit:
Epuisé par les préparatifs et les émotions trop fortes, Gédeon réalise les gestes demandés par le Père, comme s'il était un automate, les yeux rougis. Son ami... son ami de toujours était là. Etendu dans cette boîte de bois... et sans vie...

Comme un coup reçu sur la tête, il avait appris la nouvelle et il avait répondu à l'appel du Père Mathéos et comme un enfant, il avait fondu en larmes en apercevant le corps... Trés vite, il avait revécu son enfance et la douleur de voir un proche partir trop tôt... mais là... les circonstances étaient différentes... oui... différentes...

La messe dite, Gédeon passe à son tour près du cercueil. Il s'arrête tout près de la tête de Machiavelo et récite une petite prière :


Citation :
Le Seigneur est mon berger, Rien ne saurait me manquer.
Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien.
Sur des prés d'herbe fraîche, il me fait reposer.
Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ;
Il me conduit par le juste chemin pour l'honneur de son nom.
Si je passe un ravin de ténèbres, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi, ton bâton me guide et me rassure.
Tu prépares la table pour moi devant mes adversaires ;
Tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante.
Grâce et bonheur m'accompagnent tous les jours de ma vie.
J'habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours
Amen...

Puisses-tu reposer en paix mon frère... une paix que tu n'auras point connue ici bas...

Ses yeux s'emplissent de larmes, il les chasse du revers de la manche de sa chemise. Il resterait bien encore là, à prier pour son ami... son ami... qu'il a l'impression d'avoir abandonné..

Mais les autres villageois ont eux aussi droit à des adieux et le jeune Diacre laisse la place après avoir donné un dernier baiser à Machiavelo.

En s'éloignant du cercueil, Gédeon serre les poings. Les articulations de ses doigts sont blanchies. La colère se mêle à sa peine.

Khenzus a écrit:
Khenzus apprit la triste nouvelle d'une missive de son ami Machiavelo...
Il quitta ses haillons et mis ses plus beau vêtements pour l'évènement qu'il aurait préféré ne jamais vivre... Crying or Very sad

Machia était l'un de ses voisins favoris.
La veille, Khenzus se promenait dans les rue de Cosne et pensant a son ami qui lui manquait, il se demandait s'ils se reveraient avant son voyage. Le village n'était pas le même sans Machia. Et a présent, Khenzus su qu'il ne reviendrait jamais...

Il passa par la place publique pour se rendre a l'Eglise et repensa au jour ou ensemble ils avaient pendu Sim Laughing
Que de bon souvenirs 😉
Mais a présent tout était fini...

Khenzus arriva enfin devant l'Eglise, il hésita a entrer.
Il aperçut Matheos, Gédéon et Corouine déjà présents et se précipita vers eux. Il les serra fort contre lui. Ils avaient tous besoin de soutien devant un tel malheur...

Mais Khenzus préféra ne pas rester plus longtemps. Il partit dépité et rejoignit comme a son habitude les rives de la Nohain ou il s'y installa afin de méditer.

Suna no Gaara a écrit:
Revenant des bords de la Nohain, Gaara penetre dans le village qu'il trouve calme, trop calme. Soudain, les cloches de l'église se mettent à sonner comme rarement il l'a entendu, il se précipite alors sur le parvis de l'église où une foule patiente à l'extérieur, ne pouvant pas entré dans le batiment bondé.
Il s'enquiert alors auprés de sa voisine du tragique événement. Bien qu'il ne l'ai pas connu personnelement, Gaara connaissait Machiavelo pour l'avoir déjà croisé à la taverne, sur la halle de Cosnes ou supporté lors d'un match de soule. La mort de Machiavelo l'attriste profondément... Une atmosphère chargé de tristesse est presque palpable aux alentours de l'église. Cosnes vit des jours bien sombres.

cardinal a écrit:
le beau cardinal, baron de nuits-saint-georges, était présent à cosnes depuis quelques jours, il ne connaissait pas le fier machiavelo, mais avait entendu beaucoup de bien à son sujet, sa disparition et aussi le désarroi de ses nouveaux amis cosnois l'attriste énormément

seul, il avait suivi de loin la cérémonie, il craignait de gêner
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Copie] Funérailles pour un pécheur...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Funérailles de Freyelda et Carnil
» Registre des funérailles à Poitiers
» Des funérailles de Juliette d'Harles
» Registre des Funérailles
» Petit guide du catéchumène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Ecclésiastique du Roy de France :: Archive de la cathédrale de Sens :: Archive principale :: Archive datant d'avant le 12 mai 1454 :: Diocèse de Nevers :: Eglise Saint Agnan de Cosne :: Le parvis-
Sauter vers: